Quelle différence entre la chirurgie plastique et esthétique ?

 

La chirurgie plastique s’adresse essentiellement aux tissus mous, c'est-à-dire à tout ce qui nous enveloppe : la peau, les muscles par opposition aux tissus durs que sont les os.

Elle englobe aussi bien la chirurgie réparatrice que la chirurgie esthétique. La différence entre ces deux chirurgies tient au fait que la seconde n’a aucun but médical et qu’elle n’est en rien obligatoire contrairement à la première qui intervient à la suite d’un accident ou d’un cancer....

En effet, la chirurgie esthétique a pour but d’embellir, soit la silhouette, le visage ou de rajeunir l’apparence en pratiquant par exemple un lifting, la chirurgie réparatrice ayant pour but comme son nom l’indique de « réparer » ce qui a été abîmé. N'oublions pas que toutes les techniques d'interventions dites esthétiques sont dérivées des techniques de la chirurgie réparatrice.

 


 

De quand date la chirurgie esthétique ?

 

En France, la chirurgie esthétique a vu le jour après la chirurgie réparatrice qui elle-même est apparue après la première mondiale avec les « gueules cassées » Par exemple, le grand chirurgien français Morestin a reconstruit les fameuses« gueules cassées» de la guerre de 14-18.

Ils s’agissait alors de personnes dont le visage avait été partiellement détruit par des éclats d’obus et des grenades. Les chirurgiens avaient donc à cette époque essayer de mettre en place de nouvelles techniques pour reconstruire ces visages mutilés, notamment le nez, les mâchoires, etc. Malheureusement, comme ils avaient une mauvaise connaissance de la peau, les résultats étaient le plus souvent des échecs. Toutefois, tous ces effort contribuèrent petit à petit à mieux maîtriser ce type de chirurgie et donnèrent naissance à de nouvelles techniques dont s’est inspirée la chirurgie esthétique.

 

La chirurgie esthétique, quant à elle, fit son apparition après la deuxième guerre mondiale dans les années 50 notamment aux Etats-Unis. Cette nouvelle chirurgie restait cependant réservée à une élite comme les actrices et les premières opérations concernèrent notamment le visage comme la rhinoplastie (opération du nez). Dans les années 60- 65 eurent lieu les premières prothèses mammaires.

 


 

Qu'est ce qu'un chirurgien Plasticien ?

 

Un chirurgien plasticien est un chirurgien qualifié en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique. Cette spécialité est reconnue par le conseil de l’ordre et elle existe en tant que tel depuis 1989. Avant la création de cette spécialité, la chirurgie esthétique était pratiquée par des chirurgiens provenant de différentes disciplines (stomatologie, ORL, chirurgie générale…).
Pour être chirurgien plasticien, il faut une formation obligatoire (après les 6 années de Médecine) de 2 ans en chirurgie générale ainsi qu’une spécialisation en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique d’une durée de 4 ans. Au total 12 à 15 années minimums d’études sont nécessaires à l’obtention du diplôme (DES ou DESC).
La qualification en chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique est reconnue actuellement à environ 700 chirurgiens plasticiens en France dont la liste est consultable sur Internet: www.conseil-national.medecin.fr ou auprès du Conseil de l’Ordre de votre région.

 


 

Comment doit se passer une première consultation ?

 

Une première consultation doit se dérouler exactement sur le même schéma qu’une consultation médicale banale. Une consultation de chirurgie esthétique doit donc commencer par un interrogatoire sur les problèmes de santé présents et passés de la personne concernée. Ensuite, le médecin doit déterminer quelle est la demande sur le plan esthétique, puis il doit procéder lui-même à l’examen de son patient (et non, comme il arrive parfois, laisser cette tâche à une conseillère en esthétique !). C’est lors de cette première consultation que le médecin donnera des indications d’ordre général sur l’intervention et des informations spécifiques à la personne examinée.

 

Lors de cette première consultation, le chirurgien doit vous remettre un devis précis comportant tous les frais qui seront à votre charge, qu’il s’agisse des frais de clinique, de ses honoraires et ceux de l’anesthésiste, des prothèses s’il y en a, des produits qu’il va utiliser, etc.

Par ailleurs, il doit – cela est en tout cas conseillé – vous remettre une fiche récapitulant toutes les informations qui vous ont été données par oral, et enfin vous remettre le document appelé : « Consentement éclairé ».

 


 

Existe-t-il un délai de réflexion obligatoire avant de se lancer dans une opération ?

 

Non seulement il existe un délai de réflexion avant tout acte chirurgical mais ce délai est d’autant plus obligatoire qu’il précède une intervention de chirurgie esthétique. Avant 2005, il était de quinze jours, ces quinze jours pouvant être ramenés à huit voire à moins si le patient en faisait expressément la demande.

Depuis le nouveau décret du 12 juillet 2005, ce délai de deux semaines est devenu incompressible. Ce délai est très important car il permet à toute personne souhaitant subir une intervention chirurgicale esthétique de bien mûrir sa réflexion et de ne pas se décider sous une quelconque pression. En effet, ce décret a été pris suite à des abus : on a vu des patients se faire opérer le jour même de la consultation sans même être préparés à subir une intervention.

 


 

Les opérations esthétiques sont-elles sans risque ?

 

Non, aucune opération chirurgicale n’est dépourvue de risque !

Quelle que soit l’opération, qu’elle soit légère comme une opération des paupières – parce que pratiquée sous anesthésie locale – ou plus lourde telle une plastie abdominale – qui nécessite plusieurs jours d’hospitalisation –, il y a toujours un risque opératoire.

Toute opération doit donc être mûrement réfléchie et ne pas être demandée sur un coup de tête. C’est d’ailleurs pour cette raison que la loi impose un délai de réflexion de 15 jours entre le jour de la consultation et celui de l’opération, ainsi que la remise d’un document appelé "Consentement éclairé"

 


 

Le chirurgien a-t-il une obligation de résultat ?

 

En France, si aucun chirurgien n’ à une obligation de résultat, il existe néanmoins une obligation d’informations et de moyens renforcés.

Ceci signifie qu’un chirurgien est responsable de ses actes et qu’avant de proposer une intervention chirurgicale il doit peser le pour et le contre, le but étant d’apporter un bénéfice à son patient. Ceci est d’autant plus vrai en matière de chirurgie esthétique, du fait que contrairement à la chirurgie classique, le patient ne souffre d’aucune maladie particulière !

Le chirurgien esthétique a donc un devoir d’informations personnalisées. Un patient jeune ne peut recevoir, par exemple, des informations identiques à celles qui pourraient être données à une personne plus âgée ! Par ailleurs, d’une personne à l’autre ce n’est pas la même technique qui va être mise en œuvre, il convient donc que le chirurgien vous explique toujours ses choix et qu’aucune de vos questions ne reste en suspens.

Quand aux moyens renforcés, cela signifie que le chirurgien doit mettre en œuvre tous les moyens pour que votre opération se déroule du mieux possible, à commencer par le lieu qui doit être approprié. Par exemple, une liposuccion même si elle pratiquée sous anesthésie locale doit être fait dans un bloc opératoire et non dans son cabinet. Un chirurgien qui prendrait le risque de faire ce type d’acte dans son cabinet ne répondrait à l’obligation de moyens renforcés. Dans le cas d’une anesthésie générale, le chirurgien doit adresser le futur opéré à un anesthésiste. Cette consultation pré-anesthésie doit avoir lieu bien avant l’opération et elle est obligatoire.